Le Village by CA Finistère annonçait en début d’année 2020, les lauréats du Cyber Shield Quest, son appel à projets cybersécurité appliqué au secteur naval et à l’industrie agroalimentaire. SEKOIA, deeptech européenne de cybersécurité était l’une des start-up lauréate. Accompagnée par Le Village by CA Finistère depuis sa sélection, la start-up vient de boucler sa première levée de fonds de 10 millions d’euros ! A cette occasion, nous avons échangé avec Freddy Milesi, co-fondateur.

Créée en 2008 par Freddy Milesi et Fred Messika, SEKOIA fournit aux entreprises les moyens de se défendre efficacement contre les cyber-menaces modernes. La start-up a développé SEKOIA.IO, une plateforme de détection et de remédiation aux incidents de sécurité. Son objectif : détecter et réagir aux actions malveillantes avant que les impacts ne soient subis par le système. Cette solution met en avant des capacités de défense augmentées, coopérantes et à grande échelle.

La solution SEKOIA.IO a été testée sur des sociétés en beta privé (solution non encore commercialisée) sur toute l’année 2019 ; « Des entreprises locales ont alors eu l’occasion de tester certaines de leurs problématiques et d’y répondre grâce à notre solution » nous explique Freddy. « Ces tests nous ont permis de valider des hypothèses, des choix produits, des fonctionnalités, des usages prioritaires, ce que l’on appelle le Product Market Fit », en d’autres termes créer une adéquation parfaite entre son produit et le marché visé.

Ces tests auront permis à la start-up de lancer officiellement sa plateforme SEKOIA.IO, en janvier 2020, lors du Forum International de la Cybersécurité (FIC) de Lille. Un mois plus tard, SEKOIA initiait sa première levée de fonds ; « nous avions un produit prêt à être commercialisé, avec des retours d’expériences extrêmement valorisés par les investisseurs financiers », nous indique Freddy.

Début octobre, SEKOIA annonçait sa première levée de fonds de 10 millions d’euros auprès d’Omnes Capital et Alliance Entreprendre, deux fonds avec des expertises en cybersécurité et en technologie avancée. Un investissement qui sera principalement consacré à accélérer la commercialisation de sa plateforme technologique SEKOIA.IO auprès des entreprises publiques et privées européennes et à renforcer les équipes : marketing, ingénieurs commerciaux, supports clients et R&D notamment. « Nous devons renforcer nos équipes pour anticiper une forte croissance, notre solution est moderne et colle parfaitement aux enjeux actuels des clients, nous devons alors faire face à une demande grandissante des grands groupes et des ETI, très intéressés par la solution », précise Freddy.  Anticiper cette croissance est le seul moyen de satisfaire les clients et d’optimiser l’expérience utilisateur, pour être toujours en capacité de répondre aux sollicitations des entreprises. La société qui compte aujourd’hui 80 salariés souhaite augmenter ses effectifs de plus d’un tiers, puisque 30 postes sont à pouvoir sur les 6 prochains mois sur Paris, Rennes et également en télétravail.

L’ambition de SEKOIA est de développer un leadership en France dans son domaine et d’aller conquérir d’autres pays européens dès l’année prochaine. « Nous sommes une vraie alternative européenne aux solutions du marché, nous avons une approche moderne sur un marché qui a 20 ans avec des acteurs principalement américains, or le marché a besoin d’une approche nouvelle » détaille Freddy.

Trois raisons à cela :

  • Les usages ont changé : plus d’usages du cloud, les entreprises ont une attente de dynamisme par rapport à leurs enjeux métiers (cloud natif)
  • Les menaces ont évolué, les volumes d’attaques ont explosé et durent plusieurs jours voire plusieurs semaines. Les technologies traditionnelles ont des limites. « Grâce à nos trois piliers (Anticipation, Détection, Réaction) nous parvenons à détecter au plus vite les menaces modernes »
  • Les enjeux budgétaires : historiquement plus on analysait des volumes de données et plus la facture augmentait « ce que je trouve injuste car plus on veut se protéger ou plus on subit d’attaques et plus on paye, c’est la double peine », d’autant que ce budget n’est pas planifiable « on arrivait à des aberrations, certains clients n’analysaient pas certaines données pour ne pas exploser leur budget ». SEKOIA propose un modèle où le client paye pour un périmètre donné et l’analyse est réalisée sur toutes les données de ce périmètre quels que soient les pics de données et d’attaques.

Durant le confinement, SEKOIA a fait partie de la liste des sociétés retenues par Cédric O dans la Mobilisation Numérique pour contribuer aux efforts collectifs de la France, en mettant à disposition gratuitement durant la durée de l’épidémie, ses technologies et savoir-faire, aux organisations assurant un service essentiel.

Au cours de cette période délicate, les activités historiques de SEKOIA ont été fortement impactées : interventions sur site, réponses sur incident, prestations d’audit planifiées… « Ce fut alors l’occasion d’utiliser la plateforme SEKOIA.IO pour se rendre utile auprès des services les plus importants, c’est la raison pour laquelle nous avons répondu à l’appel de Cédric O. Nous avons ainsi aidé des administrations en France et dans les DOM-TOM, le but était de se rendre utile, sans volonté commerciale », explicite Freddy.  

Pendant ce confinement, la start-up a observé une hausse considérable des usages et des données des clients déjà utilisateurs de la plateforme. Ces clients ont intégré de nouveaux périmètres et utilisateurs (télétravailleurs) sous supervision et automatisé certaines tâches en raison des effectifs restreints. Le confinement a également validé la capacité de la start-up à déployer facilement sa solution pour des entreprises qui n’étaient pas clientes. « Historiquement ces solutions nécessitaient un fort investissement en temps homme pour le déploiement, avec SEKOIA.IO il n’est pas nécessaire d’envoyer une personne sur site, tout est mis en place rapidement, c’est ce qui était attendu durant cette crise », indique Freddy.

Il existe un déficit d’experts cybersécurité expérimentés aujourd’hui, grâce à sa technologie, SEKOIA bénéficie d’un effet de levier pour mettre à disposition sa solution au service du plus grand nombre d’entreprises.

La start-up n’a pas été très impactée côté organisation puisque le télétravail y est instauré depuis plusieurs années déjà, « quand nous avons lancé le projet SEKOIA. IO il y a 4 ans, nous avons fait en sorte de pouvoir tout faire à distance ». Les salariés ont fait preuve d’adaptabilité et se sont investis dans l’appel de Cédric O, pour se rendre utiles et pour l’intérêt général.

« Tous nos clients grands comptes ont honoré leurs factures très rapidement et nous ont intégré à leur plan de continuité d’activité, ce qui a permis aux collaborateurs de continuer les interventions à distance ». La start-up connait un phénomène de reprise ce dernier trimestre puisque les interventions dé-priorisées en début d’année ont été reportées en fin d’année.

Pour Freddy Milesi, certains impacts du confinement notamment dans la façon d’exercer ses fonctions resteront durables, notamment le recours au télétravail et au digital. « Nous avons redéfinit la façon dont nous utilisons nos bureaux et l’année que nous venons de vivre nous conforte dans certains de nos choix ». En effet, la start-up a toujours voulu avoir des bureaux très centraux dans les villes (à Rennes dans le quartier de la gare et Paris dans le quartier de la Madeleine) pour faciliter l’accessibilité aux collaborateurs. Chez SEKOIA, les collaborateurs ne se déplacent pas au bureau par défaut, s’il n’y a pas nécessité, ce n’est pas un prérequis.

Néanmoins, cela n’enlève en rien, l’importance du lien social et la nécessité de réinventer la façon de créer du lien même à distance car aujourd’hui rien ne vaut la rencontre physique pour créer du lien et de la solidarité entre les équipes. « Aujourd’hui, les collaborateurs se réunissent en équipes restreintes pour respecter les bonnes pratiques, maintenir la cohésion et éviter l’isolement ».

La start-up enregistre un chiffre d’affaires de 6 millions d’euros en 2019. La fin d’année annonce des résultats meilleurs que les scénarios de chiffre d’affaires envisagés en début de crise.

Infos : SEKOIA participera à European Cyber Week à Rennes les 17, 18 et 19 novembre. N’hésitez pas à venir les rencontrer !

Le Crédit Agricole utilise des cookies pour ce site : certains cookies sont indispensables car utilisés à des fins de bon fonctionnement et de sécurité : d'autres sont facultatifs. Les cookies de mesure d'audience permettent de réaliser des statistiques de visites, d'analyser votre navigation.

Les cookies de publicité personnalisée permettent de personnaliser votre parcours, les publicités, communications et sollicitations de prospection commerciale à votre intention.

Nous vous invitons à nous faire part dès à présent de vos choix concernant le dépôt de ces cookies facultatifs sur votre terminal, soit en les acceptant tous, soit en les refusant tous, soit en personnalisant votre choix par finalité. A défaut, vous ne pourrez pas poursuivre votre navigation sur notre site.

Votre choix est libre et peut être modifié à tout moment, en cliquant sur le lien "Cookies", en bas de page. Nous conservons votre choix pendant 6 mois.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec
  • *Google reCAPTCHA*
  • *_grecaptcha*
  • *welaunch_*
  • rs6_library_pagination
  • rs6_overview_pagination
  • pll_language

Refuser tous les services
Accepter tous les services